-->

lundi 21 mars 2016

LA FILLE DE BELLE


LA FILLE DE BELLE - SOPHIE AUDOUIN-MAMIKONIAN - NOTE : 3,5/5

Éditions La Martinière J. fiction

Jeunesse, Fantasy

« 450 ans avant la naissance de Tara Duncan, c’est le XVIème siècle sur Terre et le siècle de la Licorne sur Autremonde, dans le royaume du Lancovit…

Née du mariage de Belle et de la Bête, Isabelle a hérité de la malédiction de son père, le roi Damien de Lancovit. La jeune fille peut à sa guise se transformer en une bête puissante et féroce, couverte de fourrure et dotée de crocs et de griffes. Hélas ! le peuple, qui voit d’un mauvais œil le retour d’une bête au pouvoir, la rejette. Et ses parents, diplomates, pourraient lui préférer Mérié, son petit frère, pour leur succéder. Dans l’ombre de Lancovit, pourtant, se prépare un complot diabolique qui pourrait plonger le royaume dans le chaos. Un complot qu’Isabelle, princesse et bête, pourrait bien être seule capable d’éviter… »

Lectrice de la saga Tara Duncan (qui ne semblera jamais avoir de fin et force beaucoup de lecteurs à perdre patience), j’étais curieuse de savoir ce que l’auteure pouvait (encore !) avoir à raconter sur son univers. À mon grand étonnement, ce retour dans le temps s’avère plus intéressant que l’aventure de la célèbre sortcelière.

On découvre Isabelle, fruit de l’union de la Belle et la Bête, qui ne pourra jamais avoir accès au trône à cause de sa double nature. Une jalousie s’empare alors de la jeune femme, laquelle préfère désormais combattre le crime dans les rues du Lancovit en niant son ressentiment envers son jeune frère, futur héritier du Trône. Mais son quotidien tranquille va être troublé par l’arrivée d’un jeune prince en provenance d’Omois, et de plusieurs complots qui ne vont pas tarder à bouleverser l’équilibre du royaume.

Comme toujours, l’univers d’Autremonde est riche en personnage et nous permet de suivre plusieurs destins différents à la fois. Isabelle essaie de trouver sa place dans la société tandis que Vampyr, Elfe, Licorne, ect, mène aussi leur bataille de leur côté. J’ai trouvé agréable que l’histoire ne se concentre pas uniquement sur Isabelle, cela donne une vision plus large au lecteur. L’évolution d’Isabelle est aussi bien plus rapide que celle de Tara Duncan, la princesse gagnant rapidement ses vingt-ans dès la moitié du livre. Du coup les personnages sont aussi plus matures, tout comme l’humour, qui peut être parfois un peu lourd quand il s’adresse uniquement aux plus jeunes. 

Isabelle découvre aussi cette chose étrange et compliquée appelée « amour ». Comme elle en a l’habitude, l’auteure aborde la sexualité avec légèreté, même si on pourra lui reprocher de nous resservir toujours « les mêmes scènes » de tendresse/embarras (ceux qui ont lu Tara Duncan comprendront). 

Bien sûr, la trame principale ressemble beaucoup à ce que l’on a l’habitude de lire avec cette écrivaine, Sophie Audouin-Mamikonian n’ayant pas vraiment innovée : problèmes d’adolescents/jeunes adultes mélangés aux complots entre peuples et royaumes. Mais même si ce n’est pas tout frais, j’ai aimé Isabelle et son double poilu, son humour et ses aventures. 

Bref, une bonne aventure. Seul gros point négatif : le tome 2 ! J’ai saturée d’attendre toujours le prochain tome avec Tara Duncan (mon porte monnaie s’étant pas mal amaigri à cause de cette saga), croisant les doigts pour que l’auteure n’est pas mentie en annonçant à chaque fois que c’était la fin ! Évidement, il s’est avéré qu’elle avait toujours quelque chose à raconter, et j’ai du me rendre à l’évidence : l’histoire de Tara Duncan sera interminable (malgré l’essoufflement général de l’intrigue principal). 

J’espère à présent que cette nouvelle histoire, avec la fille de la Bête, ne suivra pas le même chemin…


2 commentaires:

  1. Je n'ai pas du tout suivit cette saga de Tara Duncan mais si c'est sans fin ça ne me donne pas très envie... j'ai l'impression que c'est peut-être un peu trop commercial au final non ? un peu comme Harry Potter... (même s'il y a une fin mais il y a pleins de livre autour de cet univers... sans parler des produits dérivés).

    Pour ce qui est de "dangereuses photos", personnellement je trouve que ce n'est pas celui qui fait le plus peur ;) bon après peut-être que le lire en étant plus jeune et le soir je n'aurais pas dit la même chose

    RépondreSupprimer
  2. Oui, tu as raison, l'auteure a vite fait prendre un chemin commercial à cette saga... ce qui est dommage, puisque ses lecteurs sont souvent des gosses, qui ne peuvent pas réclamer tout les cinq minutes la suite à leur parents !

    Disons que j'aimais pas trop gosse les trucs qui mélangent avenir et catastrophes effrayantes qui vont arriver x)de toute façon, j'avais peur à chaque fois des chair de poule parce que oui, je les lisais le soir xD

    RépondreSupprimer