-->

mardi 25 juillet 2017

LION

Lion : Photo Sunny Pawar


LION - GARTH DAVIS - NOTE : 4/5



"Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens.

25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde.
Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village.
Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?"





Ami de l’action, des effets spéciaux, et des gros pistolets, quittez immédiatement cette critique, car elle sera inintéressante pour vous, comme ce film. Nous suivons pendant deux heures la vie de Saroo, jeune indien d’un village perdu d’Inde, qui se retrouvera dans un train pendant plus de deux jours, jusqu’à Calcutta. 

Je n’aime pas vraiment les films où il n’y a pas d’action, mais comme pour « Slumgdog millionnaire », je me suis pris au jeu, et j’ai suivi cet enfant de 5 ans, voir dans ces yeux la misère Indienne, les rapts d’enfants, les enfants abandonnés, et l’Inde profonde. On se surprend de la determination de ce jeune Saroo, adopté par un couple d’Australien entretemps qui, vingt ans plus tard, retrouve la trace de son passé. Même si le film est basé sur une histoire vraie, il est un conte qu’il faut regarder au moins une fois dans sa vie d’hommes (ou de femmes).

Surtout avec une interprétation bluffante de Nicole Kidman dans la mère adoptive de Saroo. Jusqu’au générique de fin, on est accroché, pour savoir comment cela va se finir, s’il va retrouver sa mère et son frère malgré le temps passé et la distance à parcourir.

Je pourrais mettre 5/5, mais j’ai dis plus haut que je suis un peu plus action, et je trouve que le passage sur Saroo "jeune" traîne en longueur. Néanmoins, je n’ai pas boudé mon plaisir à le regarder, et ce film est est un chef-d’oeuvre, que ce soit le cadrage, la leçon qu’on y prend, ou l'interprétation des comédiens.


Votre Chroniqueur :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire