-->

dimanche 3 septembre 2017

Death Note


Résultat de recherche d'images pour "death note netflix"



DEATH NOTE - ADAM WINGARD - NOTE : 1/5




Death Note : Affiche"Inspiré du célèbre manga japonais écrit par Tsugumi Ohba et illustré par Takeshi Obata, Death Note suit un lycéen qui trouve un carnet doté d'un pouvoir surnaturel : quiconque le possède condamne à mort ceux dont il y inscrit le nom en pensant à leur visage. Enivré par un sentiment de toute-puissance quasi divine, le jeune homme commence à tuer ceux qu’il estime indignes de vivre. "










Vous avez déjà mangé des sushis ? C'est bon, c'est frais, c'est bien présenté, ça sent bon... on pourrait en manger des tonnes (je dis cela pour ceux qui aiment les sushis bien sûr). Maintenant, avez-vous envie de manger des sushis avec de la sauce burger ? Des Ramen à la sauce tex-mex ? Pensez-vous que cela serait bon ? Non, hein... 

Voilà en résumé le nouveau chef-d'œuvre de Netflix. J'avoue que Netflix à l'habitude de faire de bonnes séries ou de bons film originaux, mais là, en étant un grand fan du manga original, ce film n'est pas un film Death Note. Il évoque vaguement l'univers du manga, même les personnages different : Yagami Light s'appelle Light Turner, Misa se transforme en Mia,... Et bien sûr, ne vous attendait pas à une copie, même raté, du scénario original, c'est trop demandé. 

Nous plongeons dans le gros cliché américain du héros et de sa petite amie, jusqu'au plans de caméra qui montrent en arrière-plan un gros drapeau américain qui flotte, et un L qui est noir. Le problème n'est pas que L soit noir, le problème est Watari. Pourquoi avoir prit un asiatique ? Il n'y a plus de lien avec le Japon et le manga, mais on prend quand même un acteur asiatique pour Watari. Et dans tout ça, on doit nager entre les mauvais jeux d'acteurs, surtout L, Light qui est un gros débile, juste à avoir une fulgurance à la fin, et c'est Mia qui est la tête et le "leader" du groupe qu'il forme à deux, et le scénario pas cohérent. Parce que Light peut tuer qu'avec le nom et le prénom de la personne, et son visage, et Watari, ça passe crème, il peut le tuer sans problème, en écrivant ce nom-là. 

Et les morts aussi... Mais c'est gore à en pleurer, de rire ou de honte, au choix. Une échelle fonce sur une tête, la tête est coupée, fontaine de sang. Le gars est électrocuté, ça explose de partout, à croire que les américains sont en manque de sang. Pour la morale aussi, vous pouvez vous gratter, parce que je la cherche toujours. Et avec tout ça, on oublierai presque le Shinigami, pardon, le Dieu de la mort, car en Amérique, point de terme nippon, et donnons lui aussi des pouvoirs psychiques qu'il n'a pas dans le manga original, tant qu'à faire. Et c'est le seul point positif de l'histoire, Ryuku. Il est magnifiquement fait, et on se demande pourquoi il se trouve dans cette histoire.  Je peux pas parler de tout, c'est une liste continu d'erreurs et de déceptions, mais je pense avoir vous avoir fait le tour de ce film. 

Conclusion : Si vous connaissez le manga, et si vous l'aimez, fuyez, prenez vos jambes à votre cou. Sinon, vous passerez une agréable soirée autour d'un film qui devrait s'appeler "Le carnet magique qui fait exploser les têtes"



Votre Chroniqueur :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire